Rejoignez la communauté :
  • tweetter
  • mail

À propos de l’IDIL 2022-2032

Raison d'être de l'IDIL2022-2032

Une Décennie internationale est un important mécanisme de coopération destiné à sensibiliser à un sujet ou à un thème particulier d’intérêt ou de préoccupation mondiale, et à mobiliser différents acteurs pour une action coordonnée dans le monde entier.

En 2019, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution proclamant la période 2022-2032 Décennie internationale des langues autochtones, sur la base d’une recommandation de l’Instance permanente sur les questions autochtones. La proclamation de l’IDIL2022-2032 est un résultat clé de l’Année internationale des langues autochtones 2019 (IYIL2019).

En 2016, l’Instance permanente a déclaré que 40 % des quelque 6 700 langues parlées dans le monde étaient menacées de disparition. Le fait que la plupart d’entre elles soient des langues autochtones met en danger les cultures et les systèmes de connaissances auxquels elles appartiennent.

En outre, les peuples autochtones sont souvent isolés, tant politiquement que socialement, dans les pays où ils vivent, en raison de la situation géographique de leurs communautés, de leurs histoires, cultures, langues et traditions distinctes. La pandémie de COVID-19 a exacerbé la marginalisation des peuples autochtones dans le monde, ce qui a eu un impact négatif sur la diversité linguistique mondiale.

Pourtant, les peuples autochtones ne sont pas seulement des leaders dans la protection de l’environnement, mais leurs langues représentent des systèmes complexes de connaissances et de communication et devraient être reconnues comme une ressource nationale stratégique pour le développement durable, la consolidation de la paix et la réconciliation.

Elles favorisent et encouragent également les cultures, les coutumes et les valeurs locales uniques qui perdurent depuis des milliers d’années. Les langues autochtones contribuent à la riche tapisserie de la diversité culturelle mondiale. Sans elles, le monde serait plus pauvre.

En s’appuyant sur les bonnes pratiques et les enseignements tirés de l’IYIL2019, la célébration de l’IDIL2022-2032 permettra de promouvoir et de protéger les langues autochtones et d’améliorer la vie de ceux qui les parlent. Elle contribuera à la réalisation des objectifs énoncés dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et dans l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Cette célébration devrait également renforcer et consolider les nombreux outils normatifs adoptés par la communauté internationale qui comprennent des dispositions spécifiques pour promouvoir et protéger les langues.

Appel mondial à l'action

Plan d'action mondial

Le plan d’action mondial de la Décennie internationale des langues autochtones fournit un cadre stratégique, décrit les principales actions et guide la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des activités pour les entités du système des Nations Unies, les gouvernements nationaux, les organisations de peuples autochtones, la société civile, le monde universitaire et le secteur privé.Le Plan d’action global appelle à une approche cohérente et à une action conjointe de toutes les parties prenantes pour obtenir un impact positif maximal et un changement social en ce qui concerne les langues autochtones et ceux qui les parlent et les signent. Le Plan d’action global est le résultat de délibérations approfondies, concertées et collectives entre toutes les parties prenantes concernées. Il définit l’orientation de l’action conjointe et a été élaboré pour servir de cadre d’orientation à toutes les parties prenantes afin de préparer des plans régionaux, nationaux, locaux et/ou institutionnels, adaptés aux priorités et spécificités identifiées, pour la mise en œuvre de l’IDIL2022-2032.

Le plan d’action mondial s’articule autour de quatre parties principales, auxquelles s’ajoutent des annexes techniques :

  1. L’introduction fournit des informations générales sur l’importance de la diversité linguistique et du multilinguisme pour le développement de la société et attire l’attention sur la situation critique des langues autochtones dans le monde. Elle justifie également la nécessité de prendre des mesures immédiates pour préserver, revitaliser et promouvoir les langues autochtones. Enfin, il résume le processus de préparation du plan d’action mondial.
  2. La deuxième section présente la théorie du changement qui définit la vision et les déclarations d’impact pour la Décennie internationale et fournit une méthodologie pour toutes les parties prenantes impliquées afin de guider leur participation, ainsi que leurs processus de planification, de mise en œuvre, d’évaluation et de suivi pendant la Décennie internationale. Cette section présente également les activités, les produits et les résultats prévus et souligne les liens avec d’autres cadres de développement mondiaux.
  3. La troisième section présente le cadre de mise en œuvre, notamment le mécanisme de partenariat multipartite, le calendrier, les principales étapes, ainsi que les cadres de gouvernance et de coordination pour l’IDIL 2022-2032. Elle présente également d’autres cadres stratégiques élaborés pour soutenir la mise en œuvre du plan d’action global, à savoir une stratégie de mobilisation des ressources et une stratégie de communication globale.
  4. La section quatre est axée sur le suivi et l’évaluation et fournit une série de mesures pour soutenir l’évaluation continue des progrès réalisés.
  5. Les annexes techniques comprennent des listes de termes utilisés, des documents clés, des cadres, une feuille de route vers le plan d’action mondial et un tableau récapitulatif de la théorie du changement.

Gouvernance

IDIL2022-2032 Secrétariat

Dans sa résolution A/RES/74/135, sur les droits des peuples autochtones, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé la période 2022-2032 Décennie internationale des langues autochtones (IDIL2022-2032), invitant l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) à servir d’organisation chef de file pour la Décennie Internationale et à assurer les fonctions de secrétariat de l’IDIL2022-2032 en coopération avec le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (UNDESA) et d’autres agences pertinentes, dans la limite des ressources existantes.

Le Secrétariat de l’IDIL2022-2032 facilitera l’organisation de l’IDIL2022-2032 par le biais d’une série d’actions, notamment, mais pas exclusivement:

  • l’élaboration et la contribution à la mise en œuvre du plan d’action mondial de l’IDIL2022-2032 par le biais de consultations factuelles, inclusives, participatives et ouvertes avec des représentants des États membres intéressés, des peuples autochtones, des entités des Nations Unies, des chercheurs, des organisations de la société civile et d’autres acteurs publics et privés;
  • l’établissement et le maintien du mécanisme de gouvernance internationale intitulé “Groupe de travail mondial pour l’élaboration d’une Décennie d’action pour les langues autochtones”, afin de fournir une orientation stratégique et de superviser la planification, la mise en œuvre et le suivi des progrès accomplis dans la réalisation des objectifs fixés par le plan d’action mondial;
  • l’élaboration et la contribution à la mise en œuvre d’une stratégie de mobilisation des ressources afin de fournir un cadre global permettant de garantir des ressources adéquates, durables, flexibles et suffisantes pour la mise en œuvre et la réalisation des principaux objectifs du plan d’action global, ainsi que la réalisation de programmes et de projets visant à préserver, revitaliser et promouvoir les langues autochtones;
  • préparation et contribution à la mise en œuvre d’une stratégie de communication globale pour l’IDIL2022-2032 afin de sensibiliser davantage à l’importance des langues autochtones pour le développement de la société, la connexion et la stimulation du dialogue entre les différentes parties prenantes, l’impact des nouvelles connaissances et la mobilisation des ressources, la communication des résultats et le partage des informations. Le site web dédié à la Décennie internationale, suivi, mis à jour et administré par le Secrétariat IDIL2022-2032, jouera un rôle essentiel pour la mise en œuvre de la Stratégie de communication globale et la réalisation des autres objectifs de la Décennie.

 

UNESCO

La promotion de la diversité culturelle et du dialogue interculturel, des sciences sociales et humaines, de l’éducation pour tous, de la liberté d’expression, de l’accès à l’information et à la connaissance pour le développement de sociétés du savoir sont au cœur du travail de l’UNESCO.

Mais il n’est pas possible d’y parvenir sans un engagement large et international en faveur du maintien du multilinguisme et de la diversité linguistique, y compris la préservation des langues menacées, ainsi que de l’égalité d’accès à l’information et à la connaissance.

Pour respecter l’engagement de l’Agenda 2030 pour le développement durable de ” ne laisser personne de côté “, il est essentiel de s’assurer que les voix et les priorités des peuples autochtones soient entendues. L’UNESCO place les besoins des peuples autochtones parmi ses domaines d’intervention prioritaires. Pour plus d’informations sur les peuples autochtones, veuillez consulter la page web.

C’est sur la base de sa connaissance de ces questions et de sa grande expérience dans l’organisation en 2019 de l’Année internationale des langues que l’UNESCO a été invitée à diriger les préparatifs de l’IDIL2022-2032. Afin de garantir une approche multidisciplinaire et transversale de l’organisation de la Décennie internationale, l’UNESCO a mis en place une structure interne – l’Équipe spéciale intersectorielle de l’UNESCO (ITT4IDIL) qui tiendra compte des perspectives et des activités de tous les secteurs du programme.

 

Groupe de travail mondial pour l’élaboration d’une Décennie d’action pour les langues autochtones

Pour l’organisation de la Décennie internationale, l’UNESCO a mis en place un Groupe de travail mondial pour la réalisation d’une Décennie d’action pour les langues autochtones le 22 mars 2021. Le groupe de travail mondial veillera à ce que les principes d’inclusion, d’ouverture, de participation et d’engagement multipartite soient garantis et appliqués tout au long de la Décennie internationale.

 

Mandat du groupe de travail mondial

En tant que mécanisme de gouvernance internationale, le Groupe de travail mondial est établi pour assurer la participation équitable de toutes les parties prenantes à la Décennie internationale, et pour fournir des conseils sur la préparation, la planification, la mise en œuvre et le suivi des activités, conformément aux objectifs du Plan d’action mondial de l’IDIL2022-2032.

Agissant comme un mécanisme de coordination internationale, le groupe de travail mondial contribuera à la préparation, à la planification, à la mise en œuvre et au suivi des activités dans le cadre de la prochaine Décennie internationale des langues autochtones, en offrant une plateforme de dialogue multipartite.

La structure du groupe de travail mondial comprend:

  • Comité directeur et conseillers

  • Groupes ad-hoc

  • Réunion consultative multi-acteurs

 

Membres du groupe de travail mondial

 

Comité directeur (19 membres)

Les membres du comité directeur du groupe de travail mondial ont été nommés pour une période d’un an, et siègeront deux ans au sein du groupe consultatif, selon un principe de rotation.

Le Comité directeur du groupe de travail mondial est composé de 19 membres, dont deux coprésidents représentant les États membres de l’UNESCO, et deux coprésidents représentant les organisations de peuples autochtones. Dans l’ensemble, ses membres comprennent:

  • États membres de l’UNESCO (1 par groupe électoral – 6 membres);
  • Dirigeants et représentants des peuples et organisations autochtones des sept régions socioculturelles (7);
  • Membres désignés : Représentants de l’Instance permanente sur les questions autochtones, du Mécanisme d’experts sur les droits des peuples autochtones et du Rapporteur spécial sur les droits des peuples autochtones (3);
  • Des représentants d’entités du système des Nations Unies, notamment l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), le Département des affaires économiques et sociales (UNDESA) et le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (OHCHR).

 

 

Conseillers

Les conseillers du comité directeur comprennent un minimum de 30 membres, dont:

  • États membres de l’UNESCO (2 par groupe électoral – 12 membres) ;

  • Organisations de peuples autochtones de sept régions socioculturelles (2 par région – 14 membres) ;

  • Membres désignés : Représentants de l’Instance permanente sur les questions autochtones (2), du Mécanisme d’experts sur les droits des peuples autochtones (2) et, s’ils sont désignés, d’autres rapporteurs spéciaux dont le mandat est en rapport avec le domaine concerné, ainsi que des entités du système des Nations Unies qui ont répondu à l’invitation de l’UNESCO adressée aux membres du Groupe d’appui interorganisations des Nations Unies sur les questions autochtones.

 

Groupes ad hoc

Des groupes ad hoc peuvent être établis par l’UNESCO, en coopération avec les membres de l’Équipe spéciale mondiale, pour se concentrer sur divers sujets afin de fournir des conseils sur des aspects spécifiques de la mise en œuvre du plan d’action.

 

Termes de référence

Le mandat fournit des informations sur le travail du Groupe de travail mondial pour l’élaboration d’une Décennie d’action pour les langues autochtones.

 

Processus de nomination

En octobre 2020, l’UNESCO a publié des lettres officielles adressées aux présidents des groupes électoraux des États membres de l’UNESCO pour qu’ils désignent trois pays de la région au sein du groupe de travail mondial. Un autre appel ouvert a été adressé à tous les peuples autochtones et à toutes les organisations de peuples autochtones travaillant sur la protection, la revitalisation et la promotion des langues autochtones, les invitant à désigner leurs représentants régionaux au Groupe de travail mondial pour l’élaboration d’une décennie d’action pour les langues autochtones. Les mécanismes autochtones des Nations Unies (UNPFII, EMRIP et le Rapporteur spécial sur les droits des peuples autochtones) ont également été invités à désigner leurs représentants au sein du groupe de travail mondial. Le groupe de travail mondial est établi pour une période de trois ans. Le principe de rotation est applicable pour les membres du Comité de pilotage et du Groupe consultatif (un an pour le Comité de pilotage et deux ans pour le Groupe consultatif).

Principes fondateurs

  • Implication des représentants des peuples autochtones,
  • Approche fondée sur les droits de l’homme,
  • Equilibre géographique,
  • Egalité entre les sexes,
  • Inclusion des personnes handicapées,
  • Expertise dans le domaine des langues.

Partenariats

Stratégie de mobilisation des ressources

La stratégie de mobilisation des ressources fournira un cadre global permettant d’assurer un financement adéquat, durable et flexible pour la mise en œuvre de programmes et de projets liés aux langues autochtones en coopération avec une série de partenaires, notamment par la mise en place d’un mécanisme de financement multi-donateurs. La stratégie de mobilisation des ressources devrait contribuer à un changement social et comportemental durable à l’égard des langues autochtones, à une réévaluation et à une révision des priorités de financement pour les projets et programmes pertinents, ainsi qu’à une hiérarchisation appropriée des fonds. La stratégie fournira également des outils pour la mobilisation des ressources, le renforcement d’une approche disciplinée au sein des partenariats et la gestion de l’innovation.

 

Avantages de soutenir l’IDIL

En devenant partenaire d’IDIL2022-2032, les parties prenantes, notamment les gouvernements, les organisations publiques, les universités, les entités du système des Nations Unies et d’autres organisations intergouvernementales, ainsi que le secteur privé, les populations autochtones, la société civile et les médias, contribueront non seulement au succès d’une cause louable, mais profiteront également des avantages de faire partie d’une initiative qui touche un public mondial. Les partenaires peuvent choisir de collaborer avec l’UNESCO et d’autres parties prenantes, et de s’engager auprès de groupes autochtones internationaux, nationaux ou locaux, de peuples autochtones, de médias et d’autres organisations. Ils peuvent également décider de créer leur propre événement ou de proposer de nouvelles activités basées sur les catégories suggérées. Il peut s’agir de l’organisation d’un événement culturel, de partage d’informations ou de promotion, du parrainage d’une activité officielle ou de la promotion de l’IDIL2022-2032 par le biais des canaux de communication et des activités des partenaires.

Lien: User registration

 

Vous pouvez contribuer au succès de l’IDIL2022-2032

Les actions menées au cours de l’IDIL2022-2032 ont pour but d’attirer l’attention du monde entier sur les risques critiques auxquels sont confrontées les langues autochtones et de contribuer à améliorer leurs chances de survie et la vie de ceux qui les parlent. Les partenaires peuvent choisir de collaborer avec l’UNESCO, le Groupe de travail mondial pour l’élaboration d’une Décennie d’actions pour les langues autochtones, et d’autres parties prenantes comme les gouvernements, et de s’engager avec des groupes autochtones internationaux, nationaux ou locaux, des peuples autochtones, des médias et d’autres organisations. Ils peuvent également décider de créer leur propre événement ou proposer de nouvelles activités sur la base des catégories suggérées. Il peut s’agir d’organiser un événement culturel, de partage d’informations ou de promotion, de parrainer une activité officielle ou de promouvoir l’initiative IDIL2022-2032 par le biais des canaux de communication et des activités des partenaires.

 

Comment devenir partenaire

  • Co-organiser des événements culturels, de partage d’informations et de promotion dans le cadre de l’IDIL2022-2032.

  • Parrainer des événements, activités et projets officiels

  • Fournir un savoir-faire, des ressources humaines, des équipements, des outils et d’autres moyens pour soutenir l’IDIL2022-2032.

  • Promouvoir l’IDIL2022-2032 à travers vos canaux de communication et vos activités.

 

 

Faire un don

Nous sommes conscients que de nombreux partenaires peuvent fournir un soutien en nature important et peuvent souhaiter cibler le parrainage d’événements ou d’activités spécifiques. Nos opportunités de partenariat sur mesure sont adaptables aux besoins et aux préférences des contributeurs, tant que la valeur du soutien en nature, ou la valeur combinée des contributions financières et du soutien en nature, ajoute substantiellement à la valeur finale de la Décennie internationale.

 

 

Avantages pour soutenir l’IDIL

En s’engageant dans la Décennie internationale, les partenaires des secteurs public et privé bénéficieront d’une visibilité mondiale et d’une association aux valeurs des Nations Unies dans le cadre d’une initiative véritablement mondiale, offrant des possibilités uniques de mise en réseau.

  • Participer à une initiative mondiale en partenariat avec de multiples parties prenantes et faire partie de l’agenda mondial.
  • Contribuez à un changement social positif grâce à vos connaissances, votre expertise et vos solutions d’entreprise.
  • Obtenez un accès privilégié et personnalisé aux ressources de connaissances, aux analyses d’experts et aux réseaux mondiaux de l’UNESCO.
  • Soutenez la société par le biais du programme de responsabilité sociale des entreprises de votre organisation.
  • Faire connaître vos meilleures pratiques, promouvoir votre engagement, et améliorer votre profil international.
  • Créer des alliances commerciales stratégiques avec d’autres entités privées et publiques partenaires et établir des réseaux avec des personnes influentes dans tous les secteurs de la société.
  • Améliorez votre visibilité sur la scène internationale et offrez-vous des possibilités d’élargir vos marchés et d’obtenir un meilleur rendement économique.

 

Enregistrez votre expression d’intérêt

Enregistrez

Documents clés de l'IDIL2022-2032

Plan d’action mondial pour l’IDIL2022-2032

Le Plan d’action mondial vise à assurer une coopération internationale et une action conjointe et coordonnée de toutes les parties prenantes à tous les niveaux. Le Plan d’action global fournit aux parties prenantes concernées un cadre stratégique, décrivant les principales actions et les lignes directrices pour la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des activités pour les entités du système des Nations Unies, les gouvernements nationaux, les organisations de peuples autochtones, la société civile, les universités, le secteur privé et autres, afin d’atteindre les objectifs clés de l’IDIL2022-2032. Le Plan d’action mondial énonce les principes guidant les actions dans le cadre de la Décennie et au-delà, ainsi que les produits, les résultats et l’impact attendu des activités à entreprendre.

Le Plan d’action mondial s’appuie sur les résultats de l’Année internationale des langues autochtones 2019, présentés dans le Document stratégique final (Conférence générale de l’UNESCO 40/68) ; la Déclaration de Los Pinos [Chapoltepek] – Faire une décennie d’action pour les langues autochtones, Document final de l’événement de clôture de haut niveau de l’IYIL2019 les 27-28 février 2020, Mexico, Mexique ; et l’Évaluation de l’action de l’UNESCO pour revitaliser et promouvoir les langues autochtones dans le cadre de l’Année internationale des langues autochtones (Réf.: UNESCO, 2021 IOS/EVS/PI/194), et les consultations menées en coopération avec les peuples autochtones, les États membres, les universités, la société civile, d’autres partenaires publics et privés, et les entités du système des Nations Unies. Suite aux consultations, une version finalisée du Plan d’action global a été soumise à la 41est session de la Conférence générale de l’UNESCO.

  • Le Plan d’action global est disponible ici

 

Documents IYIL2019

 

Autre